Err

Programme spatial français-Vol2 1/144 - LES ENGINS DE LA SEREB

(Code: 144 03)
34,95 €
Ajouter au Panier
Programme spatial français-Vol2 1/144 - LES ENGINS DE LA SEREB
Le 17 juillet 1959 le Général de Gaulle décidait la création de la SEREB (Société d’Étude et de Réalisation d’Engins Balistiques) avec pour mission de mettre au point les futurs missiles balistiques de la force de frappe nucléaire nationale. Groupement public-privé, la SEREB n’avait pas de moyens de production propres pour ne pas concurrencer les autres programmes en cours. Les engins étaient réalisés par Nord-Aviation et Sud-Aviation. Plus tard ces trois entités fusionneront avec d’autres dans l’Aérospatiale qui sera ensuite incluse dans EADS, le groupe européen.
A l’époque les premiers missiles embarqués sur les sous-marins américains avaient montré l’avantage de la propulsion solide sur la propulsion liquide : stockage, mise en service très rapide.
La SEREB développa le programme EBB (Études Balistiques de Base), vite appelé « Pierres Précieuses », une série d’engins devant aboutir au programme Saphir, le prototype des engins balistiques français, avant de
passer aux engins purement militaires.
En 1960-61 quatre tirs du VE.10 Aigle (VE = Véhicule d’Essai) et sa version allégée VE.10A, basés sur le moteur à poudre Stromboli de Sud-Aviation) servirent pour la qualication de la baie d’équipement, la télémétrie et les opérations de récupération.
En 1961-1963 huit tirs du VE.110 Agate, basé sur le moteur NA-801 Mammouth (Nord-Aviation) plus puissant permirent d’atteindre une vitesse et une altitude plus grandes.
En 1963-64 quatre tirs (un échec) de la version VE.110RR (Agate RR) permirent de tester la récupération en mer.
Une version simpliée, VE.110B Agate B fut tirée pour tester les performances de l’engin.
Agate était purement balistique et non pilotée. La phase suivante introduisit le lanceur VE.111 Topaze, basé sur le moteur plus gros NA-802, muni d’une centrale inertielle et de quatre tuyères pilotables, futur deuxième étage du lanceur Diamant.
Topaze C (VE.111C, C=court) permit de tester le pilotage et les performances générales en 1962-63. 6 tirs.
Topaze Ci (VE.111Ci, i=instable) avait une jupe de stabilisation réduite, envisagée pour la version marine SLBM. 4 tirs en 1963.
Topaze L (VE.111L, L=long) avec un moteur plus gros NA-803 permit de tester la propulsion et le pilotage de l’ogive de rentrée. Deux tirs en 1963-64.
Enn Topaze LG (VE.111LG, G=grand) emportait la case à équipement et l’ogive destinées à Saphir. Deux tirs en 1965.
Le succès du programme EBB ouvrit la voie au programme militaire Saphir, mais aussi, en combinant ces engins avec les premiers étages à carburant liquide développés par le LRBA, aux futurs lanceurs spatiaux
Diamant.