Err

Programme spatial français-Vol1 1/144 - LES ENGINS DU LRBA

(Code: 144 02)
19,95 €
Ajouter au Panier
Programme spatial français-Vol1 1/144 - LES ENGINS DU LRBA
Le 17 mai 1946 fut créé le LRBA (Laboratoire de Recherches Balistiques et Aérodynamiques) par la DEFA (Direction des Études et Fabrications d’Armement). Son but était de développer avec l’aide de techniciens allemands la technologie des moteurs fusée et du guidage des engins et de mettre au point une « Super V2 » française dans un but militaire.
150 ingénieurs allemands et leur famille furent recrutés et installés dans un ancien domaine industriel et une cité provisoire, surnommée «le Burschdorf» , près de Vernon, dans l’Eure en aval de Paris.
Après la production d’un premier missile, le Parca, et l’abandon de la Super V2 pour raisons budgétaires, les recherches s’orientèrent en 1948 vers une fusée sonde à carburant liquide extrapolée de la V2 et destinée à explorer la haute atmosphère.
La fusée Véronique (contraction de VERnon électroNIQUE) t son premier vol en version R (réduite) le 2 août 1950 puis fut déclinée en versions de plus en plus puissantes. La première version standard, Veronique N (Normale) fut mise en service le 22 mai 1952 à partir de la nouvelle base d’Hammaguir dans le sud algérien mais l’altitude atteinte (65km) était considérée insusante et la Veronique NA (Normale Allongée) fut conçue par la suite.
La Veronique AGI en fut dérivée pour l’Année Géophysique Internationale de 1957-58 (AGI) : atteignant une altitude de 210km elle fut la première à emporter des êtres vivants : successivement les trois rats Hector (février 1961), Castor et Pollux (octobre 1962).
La Veronique 61 était une version améliorée de 50% qui fut tirée six fois + 4 échecs entre 1964 et 1967.
La Veronique 61M, encore plus puissante, fut tirée quinze fois (13 succès) entre 1966 et 1975.
Une «Super-Veronique» fut commandée en 1962 par le CNES pour emporter des charges plus lourdes à plus haute altitude (600km) : devenue Vesta elle fut tirée cinq fois entre 1965 et 1969 : deux tirs d’essai (Vesta 1 et 2) et trois tirs d’une version améliorée embarquant des expériences scientifiques dont les singes macaques Martine (V04) et Pierrette (V05).
La Vesta 06 fut la seule à être tirée de Kourou.
Les programmes Veronique et Vesta permirent de développer en France la technologie des lanceurs à carburant liquide. Ainsi l’ingénieur allemand Karl-Heinz Bringer, ancien collaborateur de Von Braun et concepteur du générateur de gaz de la V2, travailla au LRBA sur le moteur de Vesta qui devait aboutir quelques années plus tard aux moteurs Vexin et Valois du programme Diamant et enn au moteur Viking du premier étage d’Ariane avec l’adjonction d’une turbopompe.